Your search :

Rechercher

Rechercher
|

Dieppe

Ancrage

À la fin des années 60, le créateur d’Alpine comprend que le succès commercial de la berlinette va sonner le glas de l’atelier de l’avenue Pasteur à Dieppe, dans lequel lui et ses collaborateurs travaillent quotidiennement. Exigu, l’endroit ne peut pas être agrandi, sa concession Renault mitoyenne est envahie de coques en attente et les locaux désormais inadaptés rendent les conditions de travail difficiles… Il faut donc se résoudre à déménager.

Ancrage
Renaissance

Renaissance

Le fondateur d’Alpine cherche d’abord des terrains du côté d’Arques-la-bataille ou d’Envermeu, où habitent quelques-uns de ses ouvriers les plus fidèles. Il choisit finalement un terrain de 20 000 m² à Dieppe-même pour établir un nouveau site de production plus moderne. Ce site est alors dédié à production de la berlinette A110 et aussi de l’A310, dont le projet était déjà en cours d’étude. S’en suivi la production des autres générations d’Alpine de série ou de compétition comme les A610 ou GTA jusqu’en 1995. Après cette période, l’usine a accueilli la production des Clio et Mégane Renault Sport et d’autos exclusivement destinées à la compétition comme les « Formule Renault », les « Clio Cup » et les « Mégane Trophy ». La nouvelle usine est inaugurée le 15 décembre 2017 et est désormais dédiée à la production des nouvelles Alpine A110.

Berliverte

La dernière berlinette produite en France par l’usine de l’avenue de Bréauté en 1971 est une 1600 SX. Elle est verte et est commandée par un ingénieur d’Alpine, Jean-Pierre Limondin, qui la possède toujours et l’a rebaptisée astucieusement « berliverte ». Parallèlement, la nouvelle A310 entre en phase finale d’études et les prototypes sont disséqués pour en affiner la fiabilité.

Berliverte

Usine modernisée
La « nouvelle Alpine A110 » est produite à Dieppe grâce à 400 collaborateurs, dans une usine entièrement modernisée. Plus de 35 millions d’euros ont été investis, 151 personnes ont été recrutées afin de répondre au niveau d’exigence et de qualité. L’usine de Dieppe bénéficie ainsi d’un outil industriel unique en Europe capable d’assembler la caisse et le châssis entièrement en aluminium de l’Alpine A110.

Excellence

De l’école Alpine dédiée à la formation des collaborateurs en passant par l’atelier « Finition Premium », la qualité reste une priorité dans la production de l’Alpine A110. Les 1955 exemplaires de la série « Première Edition » se sont vendus en quelques jours. L’usine adopte rapidement un rythme de production de l’ordre d’une vingtaine d’unités/jour. Preuve de l’excellence de la productivité, 5.000 autos sortent de la ligne de production en dix-huit mois alors que l’ancienne A110 n’avait été produite qu’à 7.579 exemplaires en quinze ans.

Excellence

Si aucun Président de la République française n’a franchi les grilles de l’avenue de Bréauté, d’autres personnalités de tous bords l’ont fait. Parmi ceux-ci, bien sûr, tous les PDG de Renault. Mais aussi des personnalités sportives telles que Jean-Claude Killy, triple champion olympique de ski aux J.O. d’hiver à Grenoble en 1968, venu à Dieppe

prendre possession de la berlinette offerte par Renault pour fêter son triomphe. Mais aussi les pilotes de course les plus célèbres, dont le fameux Juan-Manuel Fangio, cinq fois Champion du Monde, venu essayer une berlinette dans la campagne dieppoise « en regrettant de ne pouvoir prolonger ce moment au volant d’un proto ».

Enfin, notons qu’en 2008, un monument à l’effigie de Jean Rédélé est érigé Cours Bourbon, en bordure de l’usine. Cette usine et ce monument sont devenus des lieux de pèlerinage pour tous les passionnés de France et d’ailleurs qui y viennent photographier leur Alpine d’hier ou d’aujourd’hui.